Chez Aleks

21 septembre 2010

Décision de re-partir au Japon

J'ai passé un été mémorable au Japon à me vider la tête de l'année précédente.

Eprouvante, certes, mais elle m'a permis de savoir ce que je voulais et de rencontrer Fabien et Vanessa, alors rien que pour ça, ça valait la peine.

J'ai également vécu un rêve de princesse au Maroc, j'ai beaucoup travaillé, mais ça en valait la peine.

La première semaine de novembre ou quelque chose comme ça (pas loin), je retourne au Japon. Je fais un Paris-Tokyo, j'en profite pour faire une visite de courtoisie à mes amis mariés et ensuite, je me fais le Tokyo-Okinawa en ferry, de même que le Okinawa-Ishigaki en ferry (s'il existe toujours... héhé)

Je me donne 2 mois pour trouver un travail à Ishigaki. Comme il n'y a pas de club de iai et de kendo, je me rends compte qu'Okinawa honto pourrait bien être une possibilité valable... Enfin, mon vrai plan de conquête de l'univers est à Ishigaki.
Difficile de décrire ce que l'on ressent à trouver l'endroit que l'on a passé sa vie à chercher...

Promis; si ça marche le blog fait peau neuve !!

Ishigaki_jima_island_m



Posté par aleks_mcfly à 17:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Tribute to FB

OUT OF TIME from Андрей Скурьят DREE on Vimeo.

My advice, if you plan on workin', forget about your blog, your facebook account, and all.

Posté par aleks_mcfly à 12:13 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 juin 2010

it's been ages

I know but before you'd say anything stupid, i've been busy.

And i've also been thinking; cleaning and ordering things in my life.

I thought i made some decisions, about buying a place on my own (house or rather appartment) but i started realizing not sooner than last week what i really wanted.

It's not gonna be easy, but who ever said i choose the easy way, ever ? I'll begin soft by taking holidays away in Japan, where i feel at home and will go back to the island of Ishigaki.

It could be the travel from which i may not come back. I have been thinking about settling somewhere, and that could explain why i was unable to build anything proper here in France. We'll see.

There's an old pilgrimage i should have walked this summer. Still hesitating, but it could be again the one chance in a lifetime to do it.

Posté par aleks_mcfly à 23:16 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mai 2010

Que peut-on faire quand l'Autre s'obstine à vous fuir ? un pas en avant, trois en arrière. il est peut-être temps d'arrêter de se faire du mal.

Posté par aleks_mcfly à 22:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 mars 2010

Sent by a friend

A friend sent me this yesterday and think it's time to post it here.
A translation from Daigu Ryokan

I watch people in the world
Throw away their lives lusting after things,
Never able to satisfy their desires,
Falling into deeper despair
And torturing themselves.
Even if they get what they want
How long will they be able to enjoy it?
For one heavenly pleasure
They suffer ten torments of hell,
Binding themselves more firmly to the grindstone.
Such people are like monkeys
Frantically grasping for the moon in the water
And then falling into a whirlpool.
How endlessly those caught up in the floating world suffer.
Despite myself, I fret over them all night
And cannot staunch my flow of tears.

Posté par aleks_mcfly à 20:11 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


21 mars 2010

questionnaire Made in Jana

1. Attrapez le livre le plus proche de vous, allez à la page 18, qu'y a-t-il d'écrit à la 4ème ligne ?
"La tradition était une protection, non une frustration ; elle réglait d'ailleurs étroitement tous les rapports humains, et pas seulement les formes ou l'ornementation des ustensiles à utiliser ou des vêtements et parures à porter."

2. Étirez votre bras gauche aussi loin que possible...
Je touche le mur avec le panneau d'affichage : coordonnées diverses et pense-bête, tarifs hébergement 2010...

3. Quelle est la dernière chose que vous ayez regardé à la TV ?
Une émission de télé-achat saoudien ? on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a...

4. Quelle heure pensez-vous qu'il soit ? 17h30

5. Maintenant, vérifiez, quelle heure est-il réellement ? 17h45

6. En dehors du bruit de votre ordinateur, qu'entendez-vous ?
des chants d'oiseaux par la fenêtre, une voiture de temps en temps ; la pendule.

7. Quand êtes-vous sorti pour la dernière fois ? Qu'avez-vous fait?
Hier soir, dîner d'anniversaire de mon collègue le directeur chez un ami espagnol qui possède un petit hôtel dans la palmeraie. Un dîner, du champagne et du vin...

8. Avant de commencer ce questionnaire, que regardiez-vous ?
le blog de Jana ! (^_^.)

9. Que portez-vous ?
Une robe noire, des ballerines rouges et une veste noire rehaussée de mon blason fleur de lys... Collier berbère.

10. Avez-vous rêvé la nuit dernière ? non, trop bourrée.

11. Quand avez-vous ri pour la dernière fois ?
ce matin, lorsque j'ai fait une glissade dans la cuisine qui venait d'être nettoyée.

12. Qu'y a t il sur les murs de la pièce où vous vous trouvez ?
Une affiche de parution presse du International Herald Tribune, des notes et infos diverses, plus ou moins utiles.

13. Avez-vous vu quelque chose d'étrange aujourd'hui ?
2 touristes made in bidochon-land avec des spartiates aux pieds, mal habillées (bidochon land) voulant visiter ma maison.

14. Que pensez-vous de ce questionnaire ?
hum, ça passe le temps en attendant que les personnes devant arriver ce soir arrivent.

15. Quel est le dernier film que vous ayez vu ?
pfff, question piège. Un dvd, ça compte ? True Romance. Et je suis du même avis que Tarantino, ça envoie et c'est vraiment romantique !

16. Si vous deveniez multimillionnaire dans la nuit, qu'achèteriez-vous ?
J'investis immédiatement 1 million dans la maison du Maroc, ensuite 1 million à ma précédente boite.
Un terrain à mes parents pour leurs vieux jours avec prise en charge des honoraires d'architecte.
Pour moi, un appartement à Paris, des beaux objets.
Je continue de travailler pour les boites où j'ai investi (genre au sein du CODIR) ; je fais l'Ecole du Louvre.

17. Dites-nous quelque chose que nous ne savons pas à propos de vous : pff, j'ai envie d'un chien ? mais ça tout le monde le sait déjà.

18. Si vous pouviez changer une chose dans le monde, en dehors de la culpabilité ou de la politique, que changeriez-vous ?
les multinationales du tabac. Y a pas pire salopards.

19. Aimez-vous danser ? vi. de tout.

20. George Bush... ben, il est mort, non ?

21. Quel serait le prénom de votre premier enfant si c'était une fille ?
Anastasia / Agathe / Alice / Mélisande... tous les paris sont ouverts. Mais en théorie, la première c'est Anastasia.

22. Quel serait le prénom de votre premier enfant si c'était un garçon ?
Virgile ou Elouan

23. Avez-vous déjà songé à vivre à l'étranger ?
j'arrête pas. C'est fait.

24. Que voudriez-vous que Dieu vous dise quand vous franchirez les portes du paradis ?
"Hi five ! Welcome in ! Make yourself at home ! Get you a drink..."

25. Quelles sont les 4 personnes qui doivent faire ce questionnaire sur leur propre blog ? sans objet

Posté par aleks_mcfly à 19:09 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Répliques cultes provided by HIMYM

Barney: Do you know why you're not over Lily yet? It's 'cause you can still picture her naked. You can't get over a woman until you can no longer picture her boobs. It's a scientific fact. The average male brain can only store a finite number of boob images, or BPEGs. And your hard drive's filled to the capacity with Lily's.

-----------

Barney: Robin, I'm his best friend, that's a commitment. You're just his girlfriend. That's like a bad flu, out of your system after a couple of weeks in bed. High five!

------------

Carl: Hey, Lily. Still single?
Lily: Yes.
Carl: You know, I poured a lot of free drinks for you over the years, a lot.
Lily: Carl, do you really want to be with a woman who would trade sex for beer.
Carl: Only if you're into it.

-----------

Barney: Oh, and P to the S, I never got my payout from Seattle two weeks ago, yeah. Don't make me call the gaming commissions on you , I'm sure they'd be very interested to know what's going on over there, alright, alright? Ok I love you too mom, take care.

Posté par aleks_mcfly à 13:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2010

A dream to be lived...

Ces derniers jours, je réfléchissais à ma passion première : les arts.
Danse, peinture, sculpture, céramique, calligraphie, bijoux...

J'imagine un lieu à l'image des voyages, encore peu nombreux, que j'ai fait et des pays m'ayant laissé une empreinte durable : le Japon puis le Maroc. J'y ai passé suffisamment de temps pour m'y intéresser un peu plus en profondeur que les touristes trop pressés.

Et là, ce désir présent depuis longtemps qui refait surface : l'école du Louvre, ce monument, ce mythe dont mes parents m'ont refusée l'accès, car on y gagne pas de quoi vivre.
Mais à quoi bon vivre quand on étouffe ? Un élan me pousse, je ne réussis à bien faire que ce que j'aime. Jusque-boutiste et exigeante, je ne vise que l'excellence et suis rarement satisfaite.
Je suis allée un peu plus loin cette fois : j'ai téléchargé le programme des cours, et les frais d'inscription.

Que faire ? se contenter des cours du soir ou se donner les moyens d'obtenir ce diplôme ? Qu'y a-t-il derrière cet élan ?
Encore cet ego trop grand ou une rébellion tardive ?

Puis me lancer, ouvrir ma boutique de curiosités et d'antiquités : de l'extrême au proche orient... bijoux, tissus, céramique, objets du quotidien... Coton, marbre, albatre, paille, roseau, cuir et laine... perles, argent, corne, agathe, jaspe... Un éventail, un service à thé, une lanterne en fer forgé, des photophores multicolores de cire précisent les contours d'un rêve encore inaccessible.

Tout est à vendre : du coffre aux bijoux, à l'armoire de mariage, aux rideaux, aux tentures, nattes de paille, aux globes suspendus...

Pour compléter le tableau, un chat noir et un autre écaille de tortue. "Posés" tels des statues égyptiennes sur une étagère, languissants sur des coussins, ou espionnant le défilé des curieux derrière un paravent.

Une boutique maison, où chacun passe prendre le thé. Une maison-boite où le commerce jouxte un office, puis un espace privé réservé à la famille (et aux chats qui ne respectent aucune règle).




Posté par aleks_mcfly à 16:52 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

19 mars 2010

Un parfum offert par une cliente

Je vois tout de suite venir les mauvaises langues. Mais c'est l'excellence de mon service, ma présence discrète (comme quoi je sais le faire) et mes conseils avisés qui me valent aujourd'hui un petit cadeau, une mignonette du dernier parfum Annick Goutal, Ninfeo Mio.

voici ce qu'en dit sa créatrice :
"Vif et pétillant, Ninfeo mio saisit d’abord par les vapeurs du cédrat et du citron d’Italie. Le bigaradier déploie ses feuilles – essence de petit grain – et ses fruits – essence d’orange amère. Le paysage se dessine peu à peu.
Extrait de galbanum et absolu lentisque révèlent une verdure insolente gorgée de vie. Une légère touche aromatique rappelle qu’il s’agit bien d’un jardin à l’anglaise, où les conifères s’épanouissent aux côtés des fleurs de lavande.
Et puis, montent la chaleur et la douceur lactée de la feuille de figuier, comme si un vent doux la ramenait jusqu’aux narines. Le tempo ralentit, il se pose doucement sur la peau. L’accord bois de citronnier, aussi laiteux que la figue, forme alors une enveloppe réconfortante qui emprisonne la fraîcheur des agrumes dans un cocon duveteux."

et c'est vrai que compte-tenu du climat et de l'environnement local, cela convient parfaitement. Sur mon poignet, cela sent la figue et le miel...

374

Posté par aleks_mcfly à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 mars 2010

Retour au Maroc...

Et oui ! comme quoi, il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis.
Enfin, je suis "obligée" car c'est mon DG qui m'a directement demandée d'y retourner pour un peu plus de 3 semaines en mars. Nous étions alors début février dans un bureau avec 2 témoins à cet entretien que j'aurais espéré individuel après les 3 mois au Maroc.

Donc en bon petit soldat, je n'ai rien dit sur le moment, mais j'ai demandé un nouvel entretien, et comme rien ne se passait, j'ai envoyé un "missile longue portée" de ma fabrication : un e-mail récapitulant toutes mes demandes. Vu la manière dont il a été reçu, puis traité, je la sens "mi-figue mi-raisin" cette boite.
Mais j'ai beaucoup de ressources, et si je ne suis pas satisfaite, je mettrais fin à la collaboration. J'ai cette liberté de pouvoir dire "merde" à tout instant, de prendre mon sac et mon manteau et de me barrer.
Les PDG ne supportent pas ça, car ce n'est pas facile de contrôler quelqu'un qui a ce genre de discours "ce n'est pas grave, je ne pense pas qu'on puisse travailler dans ces conditions" et qui s'en va.

Enfin, le problème n'est pas tant le Maroc en soi. J'apprends beaucoup de choses : faire des réunions, être le leader, planifier, organiser, diriger, et c'est à la fois plaisant et instructif.  A côté de ça, ma spécialité, c'est le Japon, alors j'en ai rien à faire du Maroc. Le label Afrique sur mon CV, ça me casse en 2. Même une augmentation de salaire conséquente ne pourrait pas me faire accepter de ruiner toutes ces années à bosser et avaler des couleuvres pour avoir un CV cohérent.

C'était le coup de rage du jour. Ca faisait pas mal de temps que ça couvait. Il fallait que ça sorte.

Posté par aleks_mcfly à 15:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]